Top

Les box sécurisés du nouveau palais de justice de Paris dans le collimateur des avocats

le 25 avril 2018 à 8:50 

La mise en place des box vitrés sécurisés du nouveau palais de justice de Paris, n’est vraiment pas du goût des avocats. La plupart y voient surtout des cages, qui renforce une image de présumé coupable, auquel il faut faire attention. Une centaine d’avocats ont donc manifesté contre cette mesure dont on a du mal à déterminer, qui elle est censée protéger de qui ?

La manifestation des avocats s’est faite avec ds slogans du type, “bienvenue au zoo”, “ne pas nourrir les fauves”, on pouvait aussi lire sur des cartons “ne vous fiez pas aux apparences, je suis innocent”. Le mouvement a pour but de maintenir la pression sur le ministère de la Justice.

Ces box apparaissent pour les avocats, tout simplement comme un affront à la dignité humaine, qui ne présage rien de bon pour ce que l’on présente comme le nouveau “temple” de la justice du XXIe siècle”. Rappelons, que la garde des Sceaux Nicole Belloubet, a précisé concernant la présence de ces box “la nécessité pour les palais de justice de se doter de salles suffisamment sécurisées” et l’utilisation de box vitrés fermés permet ainsi d’assurer une sécurité adaptée lors de certains procès, comme les procès d’assises, les audiences liées au terrorisme ou à la criminalité organisée.

Cependant, il apparaît clairement que des mesures de sécurité aussi extrême se révèlent disproportionnées par rapport aux réels besoins. C’est pour cela que s’il était prévu selon le ministère, d’implanter des box vitrés dans 13 salles, les chefs de juridiction ont indiqué qu’ils souhaitaient en réduire le nombre à 9. Cela tout de même fait réagir la bâtonnière de Paris, qui déclare “neuf salles d’audience sur 23, c’est encore trop : les box vitrés doivent demeurer exceptionnels”.

En attendant, le démontage de certains box, notamment celles des deux sections de la 23e chambre, consacrées aux comparutions immédiates. Les premières audiences des “flagrants délits” se sont déroulées, non pas à la 23e chambre, mais dans une salle initialement sans box vitré, dédiée aux affaires financières.

Visiblement, les avocats ne veulent rien lâcher et le président de l’Adap a indiqué, “notre objectif étant qu’aucun homme ou femme ne comparaîtra la semaine prochaine dans un tel box au tribunal de Paris“.

Crédit photo : Marie-Helène Cingal

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom