Top

Jean-François Copé accuse Sarkozy d’être candidat pour échapper à la justice

le 30 septembre 2016 à 5:55 

Bien des candidats politiques vous le confirmeront. Les primaires sont souvent plus féroces, et plus éprouvantes que l’élection elle-même. Les attaques sont plus dures, et les coups bas plus facilement employés. Nicolas Sarkozy, le sait mieux que quiconque, mais il faut bien avouer, que si pour sa part, il n’épargne personne, la réciproque se fait sentir.

Ce sont d’abord les révélations de son ancien conseiller Patrick Buisson dans un livre. En effet, comme il faut vendre, et faire du buzz, le charmant personnage ne se prive pas de révéler des paroles, et des anecdotes pas très sympathiques que l’ancien président a eues envers différentes personnes comme ses ministres et d’autres personnalités politiques. Pour celui qui fut son conseiller, et peut-être ami, qui dénonce la bassesse de la politique, et surtout qui a bien profité financièrement du système, on appréciera.

Maintenant, c’est Jean-François Copé qui “franchit le rubicond”. Il dit tout haut ce que certains pensent tout bas et accuse Nicolas Sarkozy mis en cause dans plusieurs affaires dont Bygmalion, d’être candidat pour échapper à la justice. Il vient de déclarer dans le journal Le Monde, “sa mise en examen n’est pas que technique, elle porte sur une vingtaine de millions d’euros, qui en réalité sont un détournement ! C’est une fuite éperdue en avant. […] Il voudrait que vous l’élisiez pour ne pas aller au tribunal ! “.

Il commence à y avoir accumulation autour de l’ancien président, avec déjà le carnet qui récence les financements libyens de la campagne de 2007. Cette déclaration intervient au moment de la diffusion d’un reportage sur l’affaire Bygmalion, qui concerne le financement et la fausse facturation de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Pour Jean-François Copé, il fut dans cette affaire le bouc-émissaire pour couvrir Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. « J’ai compris qu’il y avait un alignement d’intérêts entre des écuries différentes. J’apparaissais pour chacun d’eux comme le coupable idéal, l’alibi parfait », déplore le député-maire de Meaux, cité dans un long article que lui consacre le quotidien.

Ce sont les joies des “primaires” qui à la base sont faites pour éclaircir, et exposer les différentes “sensibilités” du parti, et faire une synthèse commune qui servira de base aux propositions que le candidat commun présentera aux Français, et derrière lequel chacun se retrouvera et fera bloc.

C’est mignon ! Dit comme cela non ?

Crédit photo : UMP Photos

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom