Top

Gènes de violence : la criminalité est-elle génétique ?

le 29 octobre 2014 à 12:57 

criminel_geneAlors que deux chercheurs finlandais ont mis en lumière l’existence de deux gènes mutés, dont la fréquence serait « nettement plus élevée » chez les délinquants violents, le débat sur l’origine de violence et des comportements déviants est relancé.

Publiée ce mardi 28 octobre dans la revue Molecular Psychiatry, cette étude se base sur l’analyse des gènes de plus de 800 Finlandais emprisonnés pour des crimes violents et des délits sans violence. Les chercheurs les ont alors comparé à ceux de la population générale. Il en ressort que deux gènes mutés, appelés MAOA et CDH13, seraient “associés à des comportements extrêmement violents”.

Les chercheurs d’Europe et des Etats-Unis qui signent cette recherche disent avoir pris en compte des facteurs environnementaux – antécédents d’abus de substances (drogues, alcool…), personnalité antisociale et maltraitance dans l’enfance -, sans que cela modifie le résultat. Ce qui signifie qu’il existerait une explication génétique indépendante du contexte social.

Toutefois, comme le précise Jari Tiihonen, co-auteur de l’étude « nous avons trouvé deux gènes qui ont l’effet le plus important sur le comportement agressif, mais il y a probablement des dizaines ou des centaines d’autres gènes qui ont un effet moindre ». D’autre part, il semble important de rappeler que plus d’une personne sur cinq (20 % de la population) possède ces gènes. Heureusement, tout le monde ne passe pas forcement à l’acte. A l’inverse, certaines personnes violentes ne possèdent aucune de ces mutations. Un individu porteur de ces gènes aurait 5 à 10% de risque d’être violent.

Crédits photo : Showtime

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom