Top

Manchester City, fair-play financier, la logique du sport ou celle du commerce

le 20 février 2020 à 6:22 

Le club de Manchester City vient d’être lourdement sanctionné par l’UEFA. Le club est privé de Coupes d’Europe (C1 ou C3) durant les deux prochaines saisons. La raison évoquée, est le non-respect des règles du fair-play financier. Bien sûr, le club va faire appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport. Ce n’est pas vraiment une première et certainement pas une dernière. Il est évident, que la logique sportive et la logique commerciale, vont continuer à rentrer en opposition.

Concernant Manchester City, les instances sportives reprochent aux Émirats Arabes Unis, propriétaires de Manchester City, de payer de nombreuses dépenses en faisant croire que ces dernières étaient réglées par certains gros sponsors. Cela constitue une fraude, car en matière de dépenses, un club sportif ne peut pas engager plus que son sponsoring ne lui rapporte. Il s’agit d’éviter, que des propriétaires trop fortunés mettent trop d’argent dans leurs clubs, et déséquilibrent trop fortement les compétitions en attirant tous les meilleurs joueurs dans quelques équipes par exemple.

Jusqu’ici, une certaine limitation a peu ou prou prévalu, cependant, les différences se sont déjà fait sentir au niveau des championnats nationaux. Le cas du PSG qui écrase le championnat français est révélateur. De plus, le débat pourrait clairement changer de nature et de terrain de jeu. En effet, cette vision du fair-play est une vision sportive, or, le football professionnel est de plus en plus une histoire financière. Les enjeux financiers et les sommes engagées font de plus en plus pencher les choses vers le côté commercial de cette activité.

Il n’est pas impossible que dans un cas, comme celui de Manchester City, il sera bientôt évoqué devant les instances communautaires des termes propres au commerce, et plus vraiment au sport. Il ne sera surtout pas certain, qu’un juge les écoute favorablement. On pourrait mettre en évidence les bases du droit de la concurrence, de la liberté d’entreprendre, de la liberté du commerce et de l’industrie. L’équilibre apparaît de plus en plus fragile entre ces principes tenant du libéralisme économique et la volonté de réguler le système financier du sport professionnel, pour assurer un minimum de “glorieuse incertitude du sport”.

A partir de là, une éternelle question se pose, jusqu’où le supporter connaisseur d’un sport et actif dans son bon déroulement et sa beauté, fera la place à un spectateur passif d’un spectacle convenu d’avance ? Un spectacle fait soit pour commercialement le divertir, ou lui donner l’occasion de se défouler à bon compte.

Crédit photo : Carnet Sport

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom